vendredi 12 avril 2019

C’est bien l’humanité qu’il faut sauver. La planète, elle, se sauvera toute seule.


C’est bien l’humanité qu’il faut sauver. La planète, elle, se sauvera toute seule.

Pourquoi ? 

Parce que ce système naturel qu’est la Terre s’ajuste aux conditions qui lui sont imposées. Dans le cas du réchauffement climatique, la planète retrouvera, dans quelques siècles, dans quelques millénaires, un équilibre. 

Simplement, il sera bien loin de celui que nous connaissons et nos descendants risquent d’y laisser des plumes : parce que les extrêmes climatiques seront plus fréquemment atteints, parce que les villes côtières seront fragilisées par la montée des océans quand elles ne disparaîtront pas, parce que l’accès aux ressources naturelles de base telles que l’eau potable et la nourriture sera nettement plus problématique voire une source de conflits, parce que les services rendus gratuitement par la nature seront réduits en raison de la perte de biodiversité.

Invoquer la sauvegarde de la planète pour inciter les gens à un mode de vie plus respectueux de l’environnement est un argument défectueux. 


Ne pas expliciter qu’en ayant dépassé les limites de notre biosphère nous mettons en péril la survie même de notre propre espèce s’avère une manière de fermer les yeux sur nos responsabilités et sur les défis qui nous attendent. C’est interposer la planète entre nous et nos actions, comme pour les masquer. En somme une façon étrange de nous extraire de notre écosystème et d’oublier que nous constituons l’une des “cibles” des changements globaux, parce que nous sommes fragiles.

 C’est bien l’humanité qu’il faut sauver. La planète, elle, se sauvera toute seule.
                                          
         Merci de partager sur vos réseaux sociaux?




Aucun commentaire:

Publier un commentaire